Portrait : Behind LaCerf

essaiindiadress.jpg

Derrière LaCerf se cache Halima Guyennot, une femme d’action, une aventurière en perpétuel mouvement et recherche d’inspiration

Originaire du Maroc et d’Hossegor, cette jeune femme est passionnée depuis ses plus jeunes années par la danse, le surf, l’art et l’écriture. Après une licence en communication à l’université Bordeaux Montaigne, elle décide de voyager aux 4 coins du monde. C’est au cours de ses voyages et au fil des rencontres que naît dans son esprit l’idée de poursuivre ce qu’avait débuté sa grand-mère.

23192124_1251431998293944_1504030575_o

Halima en 3 mots : Joie de vivre, passion et soif d’aventures

Son spot de surf préféré : Witch’s rock. « Witch’s Rock c’est THE spot pour moi, c’est une merveille perdue au milieu de nul part, à Playa Del Coco au nord ouest du Costa-Rica. pout y accéder il vous faudra un bateau et là… -plus de souffle- J’étais bouche-bée face à ses lignes parfaites, une longue droite qui déroule assez rapidement, entourée par des rochers immenses posés au milieu de l’océan. Une fois sur la vague, vue sur le paradis… un parc national protégé, des animaux de partout. Seul Ic : les requins… « 

 

Son cocktail favoris : « Mhhhh je suis pas très alcool fort mais alors le Bloody Mary est depuis peu devenue ma seconde passion (rire), pour moi cette boisson peut même remplacer mon dîner. Quoi ? j’ai toujours aimé la soupe à la tomate (rires). »

Sa pièce maîtresse : La robe Huntress, « J’adore, le motif, les couleurs, c’est très flashy mais tellement élégant. ce qui compte dans cette robe c’est les motifs, le tissu, ahhh c’est de la pure folie. C’est ça pour moi le BohoChic ! »

 

 

Un bijou dont elle ne peut pas se passer :  « Ca c’est une bonne question, ma grand mère était bijoutière alors tu peux imaginer que les bijoux en or c’est mon truc à moi. L’alliance de mes parents que j’ai malheureusement perdue était… l’amour de ma vie, j’en pleure encore, (rire) mais j’ai toujours ma gourmette, qui d’ailleurs a appartenue a ma mère étant enfant. Le jour de mes 10 ans elle a fait effacé son nom afin de graver le mien et de me l’offrir, je ne m’en passe plus, mais il y a aussi la bague en or que ma grand mère a créée, ça c’est du modèle unique (Et Tac), elle ne me quite jamais. »

Sa plus grande folie : « Ma plus grande folie c’est mhh.. c’est peut être d’avoir créé LaCerf tout compte fait. (rires). Des folies j’en ai fais plein, tout le monde en fait, je te rappelle qu’on vit dans un monde de fou. l’Australie c’était une folie : prendre mon billet d’avion une semaine avant le départ, seule, sans alerter mes proches et mes amis, pour 3 mois d’aventure c’était risqué. Mais ce sont des risques qu’ils faut prendre pour apprendre a se détacher et a se délester de tout ce qui nous empêcher d’aller plus loin… plus haut, d’être plus fort. C’est ça la folie, la folie ça nous fait grandir a un certain degré évidemment.. sinon c’est meurtrier. Quand on me parle de folie je pense directement aux artistes et aux écrivains, à l’opium de leurs inspirations. La folie pour moi c’est l’humanité. C’est le temps. La société. L’argent.. donc en comparaison, mes folies à moi ne seraient qu’un mensonge et pourtant de ses folies la, j’en fais tous les jours (rires). »

 

Le livre qui trône sur sa table de chevet : L’homme qui voulait être heureux de Gounelle – L’écume des jours de Boris Vian – Lolita de Vladimir Nabokov – PAULO COHELO – quasiment tous ses bouquins.  « Des livres qui trônent sur ma table de chevet, il y’en a.. genre.. une dizaine (rires), une dizaine de livre que j’ai commencé et que je n’ai pas eu le temps de finir, d’autres que je veux relire mais avant ça je dois finir ce que j’ai commencé… Oui tu viens de mettre le point sur un de mes plus grands défauts.. je ne finis généralement jamais ce que je commence.. que ce soit pour un plat, pour un livre ou pour un café.. par contre en ce qui concerne mes projets je vais au bout, au bout de ce que j’ai moi même décidé, que ce soit pour la danse, le surf ou encore l’écriture. »

Une citation qui fait frissonner son coeur : « Life has been very hard on me, but, at the same time, it has taught me a great deal. » ‘Evidemment c’est du Paulo Cohelo !

Son plus grand rêve : « J’ai toujours eu plein de rêves en tête et j’ai fini par les achever à 45% ou 65% (rires). Mon plus grand rêve n’est pas réel, certes, évidemment l’un d’entre eux est que le projet Lacerf connaissent le succès qu’il mérite. L’autre est de faire le tour du monde avec ma board. (j’en ai bien trop des rêves…)  

le plus personnel : Ne plus avoir peur de l’échec, d’être heureux quoi qu’il advienne, car la peur de l’échec est généralement ce qui vous fera échouer. »

 

Souvenez-vous de vos cours de philosophie: « Tout est changement, non pour ne plus être, mais pour devenir ce qui n’est pas encore » Epictete .

 

 

Sa motivation et sa passion l’ont poussée à suivre ses rêves et fonder, bien plus qu’une marque, une communauté, un état d’esprit : LaCerf. Une créativité sans frontières dans un monde où les codes sont bouleversés pour une collection de prêt-à-porter des plus inspirantes.  Des formes libres et élégantes dans un esprit bohème chic, toute une collection dessinée lors de ses voyages à travers l’Europe, l’Océanie, l’Afrique ou encore l’Amérique Latine.

C’est une garde-robe intemporelle que créait Halima, pour valoriser la femme dans son quotidien à cent à l’heure, aussi bien de jour que de nuit.

Article & Interview: Léa Zambon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.